"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

22 décembre 2010

L'arbre de Noël, souvenir de l'Eden (métropolite Hierotheos Vlachos)


Arbre de Noël à Kaliningrad, Russie
source


L'arbre de Noël nous rappelle aussi bien l'arbre de la connaissance que l'arbre de la vie [au jardin d'Eden], mais plus particulièrement ce dernier.
Il souligne clairement cette vérité, à savoir que le Christ est la Vie, et que nous ne saurions vivre ou accomplir le but de nos existences à moins que nous ne goûtions de cet arbre-là, "donateur de cette vie-ci.
"
Métropolite Hierotheos Vlachos


Cervidés dans la neige (Rehe im Schnee)
1911, Franz Marc (1880-1916), huile sur toile
Städtische Galerie im Lenbachhaus, Munich, Allemagne
source

24 novembre 2010

sainte Catherine d'Alexandrie (24-25/11)


Tropaire de sainte Catherine d'Alexandrie, ton 4
Comme des rayons de soleil, de tes vertus tu éclairas les philosophes incroyants
Comme la pleine lune pour qui s'avance de nuit, tu dissipas les ténèbres de l'absence de Foi
La souveraine crut en Dieu grâce à toi, et tu confondis le tyran
Bienheureuse Catherine, comme épouse élue, avec amour tu rejoignis le Christ
Dans la chambre des Cieux, tu retrouvas ton époux resplendissant de beauté
Et tu reçus de Sa main la couronne royale.
Puisqu'en Sa présence tu te tiens avec les Anges,
Intercède auprès de Lui pour les fidèles célébrant ta mémoire sacrée.

sainte Catherine d'Alexandrie, icone orthodoxe

15 novembre 2010

jeûner pour déraciner le mal ancré en nous (saint Jean Chrysostome)



Le jeûne c'est magnifique, car ça piétine nos péchés comme de la mauvaise herbe

Et ça cultive et fait lever la vérité telle une belle fleur

saint Jean Chrysostome

bon et saint Carême de la Nativité à toutes et tous

31 octobre 2010

saint Feuillen de Fosses-la-Ville (31/10)


Tropaire de saint Feuillen, ton 8
Des bandits païens t'offrirent la couronne du martyre, O saint Feuillen
Car ta vie était un reproche permanent pour les impies et les cruels.
Ayant oeuvré en Est-Anglie puis en Belgique,
avec tes saints frères nos pères Fursy et Ultan,
Prie Dieu pour nous qui t'en supplions,
afin que tant en paroles qu'en actes
Nos vies puissent être des témoignages missionnaires,
Et que nous soyons trouvés dignes de Sa grande miséricorde.


28 septembre 2010

Saint Jean Maximovitch - conférence & ressourcement à Bruxelles 23/10/2010


JOURNÉE DE RENCONTRE ET DE RESSOURCEMENT ORTHODOXE
le samedi 23 octobre 2010 à Bruxelles
Organisée par la Fraternité Orthodoxe – Tous le Saints de Belgique (Bruxelles)


Thèmes :

- "Saint Ephrem le Syrien - Enseignements pour les chrétiens d’aujourd’hui »" par le père Panagiotis Moschonas.
- "Saint Jean Maximovitch, archevêque de Shangaï, Bruxelles et San Francisco – sa vie, sa spiritualité, sa mission et sa pastorale" par Claude Lopez Ginisty
Lieu : Fraternité du Bon Pasteur, rue au Bois 365, 1150 Bruxelles
Repas et collations sur place. — PAF : 20.00 C

Inscription et renseignements : Fraternité Orthodoxe "Tous les Saints de Belgique" – 66, avenue Charles Thielemans – 1150 Bruxelles - tél : +32(0)2.762.72.70. E
-mail : webm@diakonia.be ou jlduyk@gmail.com ou encore soeur.elisabeth@skynet.be (secrétariat de la Fraternité)
compte de la Fraternité : 068-2172964-94

Déroulement de la journée :

* 9h Accueil
* 9h15 Introduction à la journée : « Saint Ephrem le Syrien : Enseignement pour les chrétiens d’aujourd’hui » par le père Panagiotis Moschonas.
* 10h45 « Vie et spiritualité du saint Jean Maximovitch » par Claude Lopez – Ginisty.
* 11h45 Temps de prière avec chant de l’acathiste.
* 12h30 Repas et temps de rencontre.
* 14h « La mission et la pastorale de saint Jean Maximovitch » par Claude Lopez – Ginisty
* 16h Questions - réponses.
* 16h30 Fin de la journée.

24 septembre 2010

L'unique nécessaire en ce monde (saint Tikhon de Zadonsk)


Nous avons été créés par notre Créateur pour la vie éternelle, nous y sommes appelés par le Verbe de Dieu, et nous sommes renouvelés par le saint Baptême. Et le Christ, le Fils de Dieu, est venu en ce monde pour cela, afin de nous appeler et de nous emmener, et Il est l'unique nécessaire. Pour cette raison, notre tout premier souci et notre principal effort devrait être de Le recevoir. Sans cela, tout est comme rien, quand bien même vous auriez le monde entier en votre possession.
Saint Tikhon de Zadonsk

02 septembre 2010

Dieu marche à nos côtés dans la vie de tous les jours

A la fin de sa vie, un homme regarda en arrière. Il vit que tout le long du chemin parcouru, il y avait 4 empreintes de pas dans le sable de la vie : les siennes et celles du Christ.

Mais dans les moments difficiles, il n'y en avait plus que deux...

Surpris et peiné, il dit au Christ : "Seigneur, je vois que c'est justement dans les moments difficiles que Tu m'as laissé seul..."

Le Christ lui répondit : "Mais non voyons! Si dans les moments difficiles, il y avait seulement Mes traces de pas.. c'est parce qu'alors, Je te portais dans Mes bras.."


dans la tradition chrétienne-orthodoxe, on rapporte l'histoire de saint Christophe (Άγιος Χριστόφορος), qui porta un jour le Christ. On le fête le 9 mai.
Dans la vie courante, c'est essentiellement le Christ qui nous porte. Bien rares sont les "christophores" ou les "pneumatophores", même chez ceux censés l'être (les baptisés au Nom de la sainte Trinité). En tout cas, je suis porté, l'inverse, j'y arrive pas.

Quelques icônes de saint Christophe :


source






détail d'une fresque au monastère Stavronikita (Mont Athos), vers 1545







source, avec vie en grec & en roumain

28 août 2010

Pèlerinage orthodoxe à saint Eleuthère de Tournai (04 sep 2010)



samedi 4 septembre 2010, pèlerinage à saint Eleuthère à Tournai, avec vénération de ses reliques & Office (Moleben / Paraclesis). Toutes informations ici :
http://www.diakonia.be/pages/Tournai_2010.pdf




Vie du saint et très orthodoxe évêque-martyr de Tournai et son Credo :
http://stmaterne.blogspot.com/2007/02/saint-eleuthre-de-tournai-et-son-credo.html

son homélie sur l'Annonciation:
http://stmaterne.blogspot.com/2008/02/saint-eleuthre-de-tournai-discours-sur.html




une page perso' d'un bloggueur (non-Orthodoxe) avec moult informations historiques & photos de la cathédrale de Tournai
http://tetramorphe.blogspot.com/2010/04/la-cathedrale-notre-dame-de-tournai.html

15 août 2010

Dormition de la Mère de Dieu (saint Jean Damascène)


cathédrale de la Dormition de la Mère de Dieu, Helsinki, Finlande


Saint Jean Damascène :
Troisième discours sur la Dormition de la toute sainte Théotokos (Mère de Dieu)


1. La coutume de ceux qui brûlent d'amour pour un objet, est d'avoir son nom toujours dans la bouche et de se le représenter en esprit nuit et jour. Que nul ne me reproche donc, si après les deux précédents je prononce ce troisième panégyrique de la Mère de mon Dieu, comme une offrande en l'honneur de son départ, non pour lui faire une grâce, mais pour servir, à moi-même et à vous ici présents, divine et sainte assemblée, un mets utile à nos âmes et salutaire, comme le veut cette nuit sacrée, et pour satisfaire notre goût spirituel. Nous souffrons tout à coup, vous le voyez, d'une pénurie d'aliments. Aussi j'improvise le repas; s'il n'est pas somptueux, ni digne de celle qui nous invite, puisse-t-il à tout le moins calmer notre faim! Car elle n'a nul besoin de nos éloges, mais c'est nous qui avons besoin de la gloire qui vient d'elle (Rom 3,23). L'être qui est glorifié, quelle gloire peut-il recevoir encore? La source de la Lumière, comment serait-elle illuminée? Mais ce faisant, c'est pour nous-mêmes que nous tressons une couronne. "Je suis vivant, dit le Seigneur, et Je glorifierai ceux qui Me glorifient" (2S 2,30).
Sans doute le vin est agréable, il est une boisson délicieuse, et le pain est un aliment nourrissant: l'un réjouit, l'autre fortifie le coeur de l'homme (Ps 104,15). Mais qu'y a-t-il de plus suave que la Mère de mon Dieu? Elle a captivé mon esprit, elle règne sur ma langue, jour et nuit son image m'est présente. Elle, la Mère de la Parole, me fournit aussi de quoi parler. Fille d'une mère stérile, elle rend fécondes les âmes stériles. Voilà celle dont nous fêtons la sainte et divine translation aujourd'hui!
Accourez-donc, et gravissons la montagne mystique! Après avoir délaissé les images de la vie présente et de la matière, et pénétré la ténèbre divine et incompréhensible, une fois établis dans la Lumière de Dieu, célébrons la puissance infinie. Par quel mystère, Celui Qui de sa hauteur suressentielle, immatérielle et transcendante, est descendu, sans quitter le sein du Père, dans le sein virginal, pour être conçu et s'incarner; celui qui à travers les souffrances marche volontairement à la mort, et qui, avec son corps né de la terre ayant gagné par sa mort l'immortalité, est retourné au Père; par quel mystère a-t-il attiré vers son Père sa mère selon la chair? Elle qui fut vraiment un ciel sur la terre, comment l'a-t-Il élevée jusqu'à la terre du Ciel (Ex 24,9; Ex 24,18) ?

2. Aujourd'hui, l'échelle spirituelle et vivante, par laquelle le Très-Haut est descendu pour se rendre visible et converser avec les hommes (Ba 3,38), est, par les degrés de la mort, remonté de la terre au ciel. Aujourd'hui la table terrestre, qui, sans qu'il y ait eu des noces, a porté le Pain céleste de la Vie et la braise de la divinité, fut enlevée de la terre aux Cieux; et pour la porte orientale, pour la porte de Dieu, les portes du Ciel se sont surélevées (Ez 44; Ps 24,7; Ps 24,9) .
Aujourd'hui, de la Jérusalem terrestre la Cité vivante de Dieu est ramenée vers "la Jérusalem d'en haut"; celle qui avait conçu comme son premier-né et fils unique le Premier-né de toute créature et le Fils unique du Père, vient habiter dans "l'Église des premiers-nés (Héb 12,23)"; l'arche du Seigneur, vivante et spirituelle, est transportée dans le repos de son Fils (Ps 132,8) .
Les portes du Paradis s'ouvrent pour accueillir la terre productrice de Dieu, où germa l'arbre de la vie éternelle qui a effacé la désobéissance d'Ève et la mort infligée à Adam. C'est le Christ, cause de la vie universelle, qui reçoit la grotte creusée, la montagne non travaillée, d'où se détacha sans intervention humaine la pierre qui remplit la terre.
Celle qui fut le lit nuptial où s'accomplit la divine Incarnation du Verbe, est venue reposer dans le tombeau plein de gloire comme dans une chambre de noces, et elle s'élève de là jusqu'à l'appartement des noces célestes, où elle règne en pleine lumière avec son Fils et son Dieu, après avoir légué son tombeau lui-même comme une couche nuptiale à ceux qui restent sur la terre. Un lit nuptial, ce tombeau? Oui, et le plus éclatant de tous ce n'est pas par les reflets de l'or, la blancheur de l'argent, les feux des pierreries qu'il resplendit, ni par des fils de soie, ni pour être recouvert de broderies d'or et de tissus de pourpre, mais par la lumière divine, rayonnement de l'Esprit très saint. Il procure, non l'union des corps aux époux de la terre, mais à ceux qu'enchaînent les liens de l'Esprit, la vie des âmes saintes, c'est-à-dire auprès de Dieu une condition meilleure et plus douce que toute autre.
Ce tombeau est plus gracieux que l'Éden: pour ne pas redire ce qui s'est passe dans celui-ci, la séduction de l'ennemi, son conseil amical, si j'ose ainsi parler, son fiel, sa tromperie, la faiblesse d'Ève, sa crédulité, l'appât doux et amer auquel son esprit se laissa prendre et par lequel elle surprit son époux, la désobéissance, le bannissement, la mort de peur que ce rappel ne fasse de notre fête un sujet de tristesse, je dirai que ce tombeau a élevé un corps mortel de la terre au Ciel, tandis que le premier Eden, d'en haut a fait tomber notre ancêtre sur la terre. N'est-ce pas en lui que l'homme fait à l'image divine entendit cette condamnation: "Tu es terre, et tu retourneras en terre" (Gen 3,19)?
Ce tombeau, plus précieux que l'ancien Tabernacle, a contenu le Candélabre spirituel et vivant, brillant de la lumière divine, et la table porteuse de vie, qui reçut, non les pains d'offrande, mais le Pain céleste, non le feu matériel, mais le Feu sans matière de la divinité.
Ce tombeau est plus fortuné que l'Arche mosaïque, puisqu'il eut en heureux partage, non les ombres et les figures, mais la Vérité même. Il accueillit l'urne pure comme l'or, productrice de la céleste manne (Ex 16,33; Héb 9,4); la vivante table de pierre qui reçut la Parole, quand elle allait s'incarner par l'action de l'Esprit, doigt tout-puissant de Dieu, c'est-à-dire le Verbe subsistant; il accueillit l'autel d'or des parfums, je veux dire celle qui porta dans son sein la Braise divine et embauma toute la Création.


3. Que s'enfuient les démons, que gémissent les Nestoriens trois fois misérables, comme autrefois les Égyptiens, avec leur chef le nouveau Pharaon, le cruel fléau et le tyran! Car ils furent engloutis dans l'abîme du blasphème. Mais nous, les sauvés, qui avons passé à pied sec et franchi la mer salée de l'impiété, chantons à la Mère de Dieu le chant de l'Exode. Que Miriam, qui est l'Église, prenne de ses mains le tambourin et entonne le chant festival; que les jeunes filles de l'Israël spirituel sortent "avec des tambourins et des choeurs" (Ex 15,20) en poussant des cris de joie! "Que les rois de la terre" et les juges avec les princes, "que jeunes hommes et vierges, vieillards et enfants" (Ps 148,11-12), célèbrent la Théotokos ! Que réunions et discours de toute forme, races et peuples dans la diversité de leurs langues composent "un chant nouveaué (Ps 40,4; Ps 149,1)! Que l'air résonne des chalumeaux et des trompettes de l'Esprit, et inaugure par l'éclat de ses feux le jour du salut! Réjouissez-vous, cieux, "et que les nuées pleuvent" (Is 45,8) l'allégresse! Bondissez, béliers du troupeau élu de Dieu, divins apôtres qui, comme des montagnes élevées et sublimes, aspirez aux plus hautes contemplations; et vous aussi, agneaux de Dieu, peuple saint, jeunes enfants de l'Église, tendus par votre désir comme des collines vers les hautes montagnes (ps 114)!
Hé quoi? Elle est donc morte, la source de la vie, la Mère de mon Seigneur! Oui, il fallait que l'être formé de la terre retournât à la terre, et par cette voie montât au Ciel, en recevant de la terre, après lui avoir remis son corps, le don d'une vie parfaitement pure. Il fallait que, comme l'or, une fois rejeté le poids terrestre et opaque de la mortalité, la chair, devenue dans le creuset de la mort incorruptible et pure, revêtue de l'éclat de l'incorruption, ressuscitât du tombeau (1 Co 15, 49-55).

4. Aujourd'hui commence pour elle une seconde existence, qu'elle reçoit de Celui qui la fit naître à la première, comme elle-même avait donné une seconde existence la vie corporelle à Celui dont l'existence première et éternelle n'eut pas de commencement dans le temps, bien que le Père en fût le principe, comme cause de sa vie divine. Réjouis-toi, Sion, montagne divine et sainte, où habitait l'autre montagne divine, celle qui est vivante, la nouvelle Béthel, où l'onction fut versée sur la stèle (Gen 28,18), où la nature humaine reçut l'onction de la divinité! De toi, comme d'un jardin d'oliviers, son Fils S'est élevé vers les hauteurs célestes (Ps 68,18-19). Qu'une nuée se prépare, universelle et cosmique, et que les ailes des vents amènent les Apôtres des confins de la terre jusqu'à Sion! "Qui sont ceux-là, qui comme des nuées" et des aigles "volent" (Is 60,8) vers le corps source de toute résurrection, pour servir la Mère de Dieu?" Quelle est celle-là qui monte, dans la fleur de sa blancheur", "toute belle", brillante "comme le soleil" (Ct 8,5; Ct 4,7; Ct 6,10)? Que chantent les cithares de l'Esprit, je veux dire les langues des Apôtres; que retentissent les cymbales, c'est-à-dire les plus éminents hérauts de la Parole de Dieu! Que ce vase d'élection, Hiérothée, consacré par l'Esprit divin, à qui l'union divine valut de souffrir et d'apprendre les réalités divines, soit tout ravi hors de son corps que transporté tout entier par sa ferveur, il fasse retentir la cadence de ses hymnes! Que toutes les nations battent des mains (Ps 47,2), que tous célèbrent la Théotokos! Que les anges rendent un culte à un corps mortel! Filles de Jérusalem, faites cortège derrière la Reine, et comme les vierges "ses compagnes", dans la jeunesse de l'esprit, portez-vous avec elle vers l'Époux pour la placer "à la droite" du Seigneur (Ps 45,15). Descends, descends, ô Souverain, viens payer à Ta mère la dette qu'elle mérite pour T'avoir nourri! Ouvre Tes mains divines: reçois l'âme maternelle, Toi qui sur la Croix remis Ton esprit entre les mains du Père. Adresse-Lui un doux appel: Viens, ô belle, "ma bien aimée" (Ct 2,10), par la beauté virginale plus que le soleil resplendissante; Tu m'as fait part de tes biens: viens, jouis avec moi de ce qui m'appartient. Approche, ô Mère, de ton Fils approche et partage la puissance royale avec Celui qui, né de toi, vécut avec toi dans la pauvreté (Ps 45). Éloigne-toi, ô Souveraine, éloigne-toi! Ce n'est plus l'ordre donné à Moïse: "Monte et meurs..." (Deut 32,49-50). Meurs plutôt, et élève-toi par cette mort même! Remets ton âme aux mains de ton Fils, et rends à la terre ce qui est de la terre: aussi bien cela même sera emporté avec toi.
Levez les yeux, ô peuple de Dieu, levez les yeux! Voici en Sion l'Arche du Seigneur Dieu des armées, et corporellement les Apôtres sont venus l'assister; ils rendent les derniers soins au corps qui fut principe de vie et réceptacle de Dieu. Immatériellement et invisiblement, les anges l'entourent avec crainte, assistant comme des serviteurs la Mère de leur Maître. Le Seigneur Lui-même est là, Lui présent partout, Lui qui remplit tout, qui embrasse l'univers, et qui n'est dans aucun lieu, puisque l'univers est en Lui, comme dans la Cause qui l'a créé et qui le contient (Jr 23,24; Sg 1,7). Voici la Vierge, fille d'Adam et Mère de Dieu: à cause d'Adam, elle livre son corps à la terre, elle élève son âme aux tentes célestes à cause de son Fils. Sanctifiée soit la ville sainte, et que, déjà bénie, elle recueille une bénédiction éternelle! Que les anges précèdent le passage de la divine demeure et apprêtent le tombeau; que l'éclat de l'Esprit le décore. Préparez des aromates pour embaumer le corps tout immaculé et tout rempli d'un délicieux parfum. Que vienne une onde pure, et qu'elle puise la bénédiction à la source sans souillure de la bénédiction. "Que se réjouisse la terre" (Ps 96,11) de recevoir le corps, et que l'air tressaille de l'ascension de l'esprit! Que les brises soufflent, douces comme la rosée et pleines de grâce! Que toute la Création célèbre la montée de la Mère de Dieu les groupes de jeunes gens par leur jubilation, les langues des orateurs par leurs effusions lyriques, le coeur des sages en dissertant sur cette merveille, les vieillards à la blancheur vénérable en livrant doucement le fruit de leurs contemplations. Que toutes les créatures réunies apportent leur concours! Même ainsi elles ne sauraient suffire à la moindre partie de l'hommage mérité.

5. Eh bien, tous, en esprit, quittons ce monde avec celle qui s'en va. Oui, tous, par l'élan du coeur, avec celle qui descend au tombeau descendons aussi! Rangeons-nous autour de la couche très sainte. Chantons des hymnes sacrés, et que nos mélodies s'inspirent de ces paroles "Réjouis-toi, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi." Sois dans la joie, toi qui fus prédestinée à être Mère de Dieu. Sois dans la joie, toi qui fus élue avant les siècles par un dessein de Dieu, germe tout divin de la terre, habitacle du feu divin, chef-d'oeuvre sacré de l'Esprit-Saint, source d'eau vive, paradis de l'Arbre de Vie, rameau vivant qui portas la divine Grappe d'où coulent le nectar et l'ambroisie, fleuve plein des aromates de l'Esprit, terre qui produisis l'Épi divin, rose éclatante de la virginité, d'où s'exhale le parfum de la Grâce, lys du Vêtement royal, agnelle qui engendras l'Agneau de Dieu effaçant le péché du monde, instrument de notre Salut, supérieure aux puissances angéliques, servante et Mère!
Venez, rangeons-nous autour du tombeau immaculé, et puisons la grâce divine! Venez, embrassons en esprit et portons le corps toujours virginal! Entrons dans le sépulcre; mourons avec lui, en rejetant les passions du corps, mais en vivant avec lui une vie sans convoitise et sans souillure. Écoutons les hymnes divins sortis des lèvres immatérielles des anges. Entrons pour adorer, apprenons à connaître le surprenant mystère: comment ce corps fut enlevé, puis emporté dans les hauteurs, puis ravi au Ciel, comment la Vierge est placée auprès de son Fils au-dessus de tous les ordres angéliques: rien en effet ne s'interpose entre la Mère et le Fils!

Après deux autres, tel est le troisième discours sur ton départ, que j'ai composé, ô Mère de Dieu, pour le respect et l'amour de la Trinité, dont tu fus la coopératrice, en vertu de la bienveillance du Père et par la puissance de l'Esprit, quand tu reçus le Verbe sans principe, la sagesse toute-puissante et la force de Dieu. Accepte donc ma bonne volonté, qui vaut mieux que mes forces, et donne-moi le salut, la délivrance des passions de l'âme, le soulagement des maladies du corps, la solution des difficultés, une condition de vie paisible, l'illumination de l'Esprit. Enflamme notre amour pour ton Fils, règle notre conduite sur ce qui lui, plaît, afin qu'en possession de la béatitude d'en haut, et te voyant resplendir de la gloire de ton Fils, nous fassions retentir des hymnes sacrés, dans l'éternelle joie, dans l'assemblée de ceux qui célèbrent, par une fête digne de l'Esprit, celui qui par toi opéra notre Salut, le Christ Fils de Dieu et notre Dieu, à Lui la gloire et la force, avec le Père sans principe et le très saint et vivifiant Esprit, maintenant, et toujours, et pour les siècles des siècles. Amen.


Icône de la Dormition de la Mère de Dieu (Uspenyie Bogomater), par saint Théophane le Grec


03 août 2010

Plus proche de Dieu grâce à l'exemple des saints



http://www.facebook.com/pages/St-Barbara/141675523764">
O Dieu, qui, entre autres miracles de Ta puissance, a accordé la victoire au martyre, nous Te supplions de nous accorder, à nous qui célébrons la divinement sainte Barbara, Ta vierge et martyre, de pouvoir toujours être plus proches de Toi grâce à son exemple. Amen.
Sainte Barbara, prie Dieu pour nous!


et j'ai bien besoin de cette intercession et de ce rapprochement avec le Seigneur...


Agia Barbara, Chatelineau, Divine Liturgie dominicale - 1er août est une des fêtes de la Croix. Petite bénédiction des eaux : le prêtre présente sa croix de bénédiction au fidèle, et pendant que ce dernier embrasse la croix (marque de vénération et de respect), le prêtre l'asperge d'eau bénite avec un petit bouquet de basilic trempé au préalable dans la "bassine". C'est aussi le moment des petits mots échangés avec le prêtre, sur la situation familiale, la santé, les vacances, mais dans un contexte plus spirituel. Après, dans le narthex, autour d'une tasse de café (et certains jours d'un morceau de gâteau, etc, voire d'un pic-nic complet), les fidèles papoteront entre eux, et aussi avec le prêtre, là sur des sujets beaucoup plus divers. Le prêtre m'y a mentionné sa plage préférée à Rhodos (son île natale), une où les touristes ne vont pas. Le narthex, excellente agence touristique :-)

20 juillet 2010

Dieu bénisse notre roi, notre pays, et nous ramène toutes et tous à la Foi salvatrice!



Discours du Roi à l'occasion de la Fête Nationale - 21 juillet 2010
http://www.monarchie.be/fr/actuel/discours/archives/discours-du-roi-loccasion-de-la-fete-nationale-21-juillet-2010



Discours de S.M. le Roi

à l'occasion de la Fête Nationale.

21 juillet 2010.



Mesdames et Messieurs,



Notre fête nationale me donne traditionnellement l'occasion d'aborder devant vous quelques sujets qui ont de l'importance pour notre pays. Cette année j'aimerais vous parler d'abord des perspectives que la nouvelle législature nous offre. J'évoquerai ensuite notre voyage au Congo lors du cinquantième anniversaire de l'indépendance de ce pays, et pour terminer je traiterai de la Présidence belge de l'Union Européenne.

Notre pays a été secoué par des tensions communautaires qui ont conduit à des élections anticipées et qui causèrent d'importants glissements politiques. A présent, ce qui importe c'est de se tourner vers l'avenir. Il y a donc lieu de préparer pour nos régions et communautés de nouvelles formes de vie commune où chacun se sent bien, de résoudre les questions épineuses qui ont divisé, et de trouver de nouveaux équilibres entre le fédéral et les entités fédérées.

Par ailleurs, et en même temps, toute notre énergie est nécessaire pour redresser notre économie et l'emploi. C'est ce que nos concitoyens attendent de tous les responsables à chaque niveau de pouvoir.

Les défis sociaux et économiques sont nombreux et j'en citerai trois parmi d'autres. Pour préserver notre sécurité sociale, il sera nécessaire de relever le taux d'activité de notre population. Pour garantir la solidité de notre économie, il y a lieu de revenir à l'équilibre budgétaire, et la décision a déjà été prise de l'atteindre en 2015. Pour sauvegarder et promouvoir l'emploi il est précieux de renforcer notre compétitivité.

J'en viens maintenant à notre voyage au Congo. La Reine et moi avons été très touchés par l'accueil si chaleureux que nous avons reçu. Nous avons senti toute l'amitié que le peuple congolais a pour la Belgique, avec qui il a partagé une longue histoire. J'ai pu dire aux Congolais que nous avons rencontrés, combien nous admirions le courage et la persévérance de la population, au cours d'une histoire qui a connu des moments heureux comme celui de cet anniversaire, mais aussi des périodes difficiles et parfois dramatiques. Cette admiration concerne toute la population, un peuple jeune et vivant où le rôle des femmes mérite d'être souligné. En effet, outre leurs tâches ménagères elles travaillent aussi pour assurer la subsistance de leur famille mais dans certaines régions elles ont été victimes de graves violences.

Nous avons pu rencontrer de nombreux compatriotes, des coopérants, des religieux, des hommes d'affaires, qui tous font un magnifique travail pour répondre aux besoins de la population.

Enfin, nous avons pu proposer aux autorités Congolaises un nouveau partenariat, franc et constructif, axé sur les besoins de la population congolaise et soutenant les nouvelles institutions que le Congo s'est données démocratiquement.

Notre vif espoir est qu'un tel partenariat entre nos pays puisse contribuer à consolider la paix en Afrique Centrale qui a tellement souffert. Cette paix est aussi vitale pour l'indispensable développement économique et social auquel notre pays est prêt à collaborer activement.

La Présidence belge de l'Union Européenne vient de débuter, et je voudrais en évoquer quelques thèmes. Le premier concerne la stratégie européenne pour la croissance et l'emploi appelée aussi « Europe 2020 ». Il s'agit notamment de porter à 75 % le taux d'activité des hommes et des femmes âgés de 20 à 64 ans, d'atteindre un montant des investissements dans la recherche et le développement équivalent à 3 % du produit intérieur brut, et de réduire les émissions de CO2 de 20 % par rapport à 1990. Ces objectifs ne peuvent constituer des vœux pieux et doivent être accompagnés dans les différents Etats de l'Union, y compris chez nous, de mesures d'exécution concrètes et d'un suivi au niveau de l'Union.

Il s'agit aussi d'améliorer les résultats sur le plan de l'enseignement, de renforcer la cohésion sociale et de réduire la pauvreté en cette année internationale de lutte contre l'exclusion sociale et la pauvreté.

Dans le domaine de la sécurité et de la justice notre présidence veillera à ce que l'Europe fasse des progrès.

Dans le cadre de cette présidence la Reine et moi, et d'autres membres de notre famille participerons à plusieurs réunions et séminaires européens sur des sujets spécifiques, comme la politique familiale, la lutte contre la pauvreté, le combat contre la traite des êtres humains, le développement d'un Child Focus européen, de même que la politique européenne en faveur des handicapés.

Pour chaque sujet dont je viens de parler il convient de nous mettre en devoir de favoriser un dialogue constructif, de promouvoir le respect mutuel aussi bien entre nos communautés et régions en Belgique, qu'entre les Etats européens, et dans nos relations avec le Congo.

C'est dans cette optique que la Reine et moi et toute notre famille, nous vous adressons à tous nos vœux de joyeuse fête nationale vécue dans la convivialité.

Für jedes Thema, worüber ich gerade sprach, ist es unsere Aufgabe einen aufbauenden Dialog sowie gegenseitigen Respekt zu fördern, sowohl zwischen unseren belgischen Gemeinschaften und Regionen als auch zwischen den europäischen Mitgliedstaten und in unseren Beziehungen zu Kongo.

Mit diesem Vorsatz wünschen die Königin, ich selbst sowie unsere ganze Familie Ihnen allen einen frohen und behaglichen Nationalfeiertag.





09 juillet 2010

Québec Orthodoxe : une radio pour communiquer la Bonne Nouvelle en Amérique francophone

http://voixorthodoxes.blogspot.com/

A destination particulière de nos lecteurs québecois, je reposte pour diffusion locale l'annonce du début de ladite radio. L'animateur, Norman, est aussi correspondant de bien des Orthodoxes francophones sur facebook. Espérons que cet énorme travail sera aussi par la suite diffusé en podcast sur internet, qu'hors Québec nous puissions aussi apprécier leur travail.

jeudi 17 juin 2010

Avant première

Alors que la mise en ondes de la toute nouvelle émission radiophonique à propos de l'Église orthodoxe au Québec n'est prévue qu'en septembre 2010, d'ores et déjà faut-il nous préparer de manière rigoureuse pour faire bon accueil au public de la grande région de Montréal.

En quelques mots, Voix Orthodoxes sera véritablement le son de l'Orthodoxie chrétienne québécoise à la radio, témoignant de la vie spirituelle et des paroisses chrétiennes orthodoxes du grand Montréal certes, mais de partout ailleurs au Québec et dans le monde aussi.

Pour la première saison de cette émission radiophonique, environs 40 émissions seront produite par une équipe ayant la capacité et le coeur de rendre cette émission toute aussi crédible qu'attrayante.

Notre équipe de recherchistes comporte une dizaine de personnes provenant de tous les horizons orthodoxes du Québec: spécialistes en théologie, iconographes, vie spirituelle, monachisme et musiciens: tous apportent leurs idées et leurs contributions afin de faire de cette nouvelle émission un "must" de la radio au Québec.

Nous avons développé un concept en trois volets: une vingtaine d'émissions de type "régulière"; douze émissions portant spécifiquement sur les grandes fêtes liturgiques jalonnant le calendrier orthodoxe et les émissions spéciales où des invités de marque du monde de l'Orthodoxie seront à Montréal et invités à nos micros pour l'occasion. Il pourrait y avoir certaines émissions où une table ronde sera entourée de gens pour discuter d'un thème éthique dans l'actualité, mais du point de vue orthodoxe. Où d'un thème spécifique à l'orthodoxie, comme par exemple ce qu'est la vie de l'épouse d'un prêtre marié.

Les émissions de type régulière comporteront deux pôles: 1) le pôle spirituel ou théologique où un grand thème sera développé; 2) le pôle paroissial où nous recevrons à nos micros un membre d'une paroisse orthodoxe de la grande région de Montréal.

Ces émissions régulières comporterons aussi des capsules dont l'une ayant pour vocation d'être une source de références bibliographiques sur l'orthodoxie. Tout au long de chaque émission des choeurs de chant liturgique seront diffusé pour le plus grand bonheur de nos auditeurs. Une capsule méditative va conclure chaque émission: une méditation centrée sur la personne de Jésus-Christ sera lue en ondes.

L'équipe en ondes est composée de trois personnes:

- Le père Stéphane Bigham, prêtre orthodoxe et commentateur théologique de l'émission.
- Luc Lalongé, animateur adjoint pour le pôle paroissial et lecteur biblique.
- Normand Perry, réalisateur et animateur principal de l'émission.


A tous et chacun bonne saison à Voix Orthodoxes.


30 juin 2010

Notre conscience nous dit d'aimer Dieu par dessus tout (saint Tikhon de Zadonsk)

http://www.facebook.com/pages/St-Tikhon-of-Zadonsk/223756295146

La Loi de Dieu nous dit d'aimer Dieu par dessus tout; notre conscience nous demande la même chose. Car Dieu est le Bien le plus exalté et suprême, et la source de tout bien; dès lors nous devons L'aimer plus que toutes les bonnes choses créées. La Loi de Dieu nous enseigne de rendre grâce à Dieu en toutes choses; notre conscience nous dit la même chose, car notre conscience elle-même nous convainc d'être reconnaissant envers notre Bienfaiteur.


(je ne connais pas le livre et ne pourrait le recommander : l'image de la couverture, c'est juste pour illustrer le propos du saint par un dessin fort à propos)

24 juin 2010

Rome: découverte des plus anciennes fresques connues des saints Apôtres Paul, Pierre, André et Jean.

http://www.ilmessaggero.it/articolo.php?id=107675



Photo AP/Pier Paolo Cito
Catacombes de Santa Tecla: découvertes plus anciennes images des apôtres - ce sont les premières représentations de visages de Pierre, Paul, André et Jean


ROME (Juin 22) - «Ce sont les plus anciennes images des apôtres, elles sont de la fin du quatrième siècle." Ainsi, Fabrizio Visconti, surintendant des travaux archéologiques dans les catacombes de sainte Thècle à Rome a annoncé la découverte de fresques de Pierre, Paul, André et Jean, les premières représentations du visage des quatre apôtres.

Dans les catacombes de Saint-Thècle - avait écrit l'Osservatore Romano le 27 Juin 2009, quelques jours seulement après la découverte, - a été découverte plus ancienne image de saint Paul. La découverte a été faite grâce à l'utilisation des lasers, lors de la restauration des décors de la voûte d'un cubiculum (chambre funéraire, ndt), de même que les nouvelles images ont été trouvées, datant autour de la fin du quatrième siècle.

Cachées pendant des siècles sous une cave située dans un bâtiment datant des années 50'. Fabrizio Bisconti, surintendant des travaux archéologiques dans les catacombes de Santa Tecla à Rome, affirme que «Pour André et Jean ce sont les toutes premières représentations iconographiques, tandis que l'on avait déjà des représentations pour Pierre et Paul, mais jamais seuls et jamais comme icône."

Comme indiqué, les quatre tableaux se trouvent dans un cubiculum construit par une noble de la fin de l'Empire romain, qui a commandé la décoration de la tombe uniquement fondée sur des thèmes bibliques. La pièce et la structure de l'ensemble des catacombes sont situées dans un bâtiment datant des années 50', dont la construction n'a pas endommagé les vestiges archéologiques. "Comment peut-on être sûr qu'il s'agit des saints apôtres? Nous avons comparé les images avec des représentations des apôtres qui se trouvent à Ravenne, qui remontent à quelque temps après, et sont avec leur légende complète. Pierre, par exemple, est représenté avec une image stéréométrique et une calvitie naissante.

Comme souligné par Visconti, ces oeuvres sont une découverte archéologique majeure, mais "celui qui les a réalisées n'était sûrement pas un peintre très raffiné, au contraire, je dirais très amateur." Sur la vôute du cubiculum, il y a aussi des représentations d'une matrone romaine et "et d'un coffre qui semble imiter celui de la basilique de Saint-Paul, dont on sait qu'à la fin du quatrième siècle a été reconstruit un 'martyrium Paulinien', et d'autres sources nous disent que le plafond avait des poutres et une couverture de feuilles d'or."

"Le cubiculum - continue surintendant Visconti – imite un mausolée ou une basilique. On y trouve aussi l'image du collège apostolique avec le Christ au centre, au milieu des apôtres, comme cela a été souvent représenté dans les absides des basiliques de Rome. La matrone apparaît couverte de bijoux, elle est en prière avec sa fille."
"À la fin du quatrième siècle à Rome vivait saint Jérôme, qui fit promotion une sorte de quasi-ascèse monastique, y amenant plusieurs matrones de la ville. La femme qui a été enterrée dans ce cubiculum pourrait être une de ces aristocrates qui se sont converties au christianisme, puis se sont rendues en Terre Sainte pour voir les lieux des Apôtres. Puis, au retour, ont fait reproduire leurs images sur le tombeau. En tous cas, ces icônes sont les plus anciennes montrant l'entière figure de Pierre et Paul et, globalement, les plus anciennes de André et Jean. "



(fautes de traduction: courtesy by your host :-)

Découverte à Rome des plus anciennes icônes des apôtres
http://trendstop.rnews.be/fr/belga/1068/102524/decouverte-a-rome-des-plus-anciennes-icones-des-apotres.aspx
http://fr.news.yahoo.com/64/20100623/tcu-dcouverte-des-plus-anciennes-icnes-r-968b4de.html


Les icônes les plus anciennes représentant les apôtres, datant de la fin du IVe siècle, ont été découvertes dans les catacombes de Santa Tecla à Rome, a révélé mardi le surintendant des fouilles archéologiques de ce site, Fabrizio Visconti.

Ces icônes de Pierre, Paul, André et Jean se trouvent au plafond d'une petite chambre funéraire dans les tons ocres et rouges située dans les catacombes de Santa Tecla, elles-mêmes situées à environ 500 mètres de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs, l'une des quatre basiliques majeures de la capitale italienne, où se trouve la sépulture de Saint-Paul. "Cette découverte démontre l'introduction et la diffusion du culte des apôtres aux origines du christianisme", a expliqué à la presse Barbara Mazzei, directrice de la restauration de cette chambre funéraire, au cours d'une visite organisée par le Vatican. "Pour André et Jean, il s'agit des plus anciennes représentations", tandis que l'on connaissait déjà des représentations de l'apôtre Pierre datant de la moitié du IVe siècle, mais "jamais seul sur une icône", a souligné M. Visconti. La découverte de l'icône de Paul, avait, elle, été déjà révélée il y a un an par l'Osservatore romano, le quotidien du Vatican. Les découvertes, réalisées à l'occasion de la restauration de ces catacombes après deux ans de recherches, ont été rendues possibles grâce à l'utilisation d'une technique au laser inédite qui a permis de se débarrasser du dépôt de calcaire recouvrant les fresques. (VIM)






notes sur la dépêche d'agence de presse et l'article italien: D'abord, ce ne sont pas des icônes mais des fresques. Tant le concept que la technique sont radicalement différents.
Ensuite, m. Visconti est emporté par son élan patriotique au point d'en oublier un petit détail : l'origine des Icônes. Ce n'est pas à Rome qu'on la trouve, mais en Terre Sainte. Et dès lors, ceci ne saurait en aucun cas être "les premières icones de saint Pierre, Paul, André et Jean" ou même des 2 derniers, puisque c'était reproduire des sujets déjà existants depuis.. au moins 3 siècles
Et enfin, comme on le voit à nouveau, l'archéologie amène parfois bien des surprises, et il faut à certains des trésors de science de la rhétorique pour arriver à faire croire aux gens autre chose que ce qui se découvre démontre, ou pour éviter que les gens ne se rendent compte qu'on leur avait raconté des bobards jusqu'à présent. Comme cette histoire du culte des Apôtres. Ah qu'il est agréable de lire ce commentaire
sur l'anticité du culte des apôtres, car propos tenus par une dame travaillant pour le compte du vatican! C'est pas mal qu'ils commencent à le découvrir en 2010. Il suffit pourtant de se tourner vers les saints Orthodoxes dont l'Histoire a légué à l'Humanité les Actes de martyre, tels que saint Cyprien de Carthage ou saint Polycarpe de Smyrne ou tant d'autres depuis les Pères Apostoliques. Et de lire l'historique du Canon de la Liturgie de l'Occident Orthodoxe, Canon qui s'est enrichi de saints, depuis ses origines (dont saint Justin le philosophe-martyr parle, au milieu du 2ème siècle, à Rome justement) jusqu'à sa formalisation par saint Grégoire le Grand avant 604. On voit que dès les tous débuts de l'Église, les saints étaient repris dans la vénération cultuelle, liturgique et pas seulement populaire. De fil en aiguille, peut-être qu'ils finiront par comprendre le sens réel et sotériologique de la formule "extra Ecclesiam, nulla salus," qu'ils avaient repiquée à saint Cyprien de Carthage (De l'Unité de l'Église, ch 4; Epistula, 4,4; etc, aussi explicité par saint Cyril d'Alexandrie) pour l'inclure dans leur conciliabule du Latran en 1215 jusqu'à persister avec Lumen Gentium (ch 7) et le "Dominus Iesu" de Ratzinger en 2000, et tant d'autres textes postérieurs. Ils finiront peut-être un jour par découvrir qu'est-ce que le Salut, qui étaient vraiment les Apôtres, et leur mission, et leur place dans l'Église par rapport à la place du Christ... C'est tout le bien qu'on peut et doit leur souhaiter, à ces dirigeants de religion. Car nul ne saurait bâtir une maison sur le sable mouvant, nous rappelle le Christ; et le mensonge et l'erreur, si c'est pas du sable mouvant, qu'est-ce que c'est alors?






source & © photos news.yahoo.com

17 juin 2010

juger Dieu


Quand les hommes ne peuvent accuser ni leur père, ni leur mère,

ils s'en prennent à Dieu de leur mauvais sort.


Honoré de Balzac, "La Duchesse de Langeais"

01 juin 2010

Efforcez-vous de prier et faire le bien (saint Tikhon de Zadonsk)


http://www.facebook.com/pages/St-Tikhon-of-Zadonsk/223756295146
Je vous exhorte à vous convaincre vous-mêmes et à vous forcer à prier et à accomplir toutes bonnes actions possibles, quand bien même vous n'en ressentiriez pas le besoin. Dieu aime voir de telles oeuvres, et s'y appliquer vous amènera à la bonne volonté et au zèle. De telles bonnes oeuvres et un certain attrait pour la prière sont souvent le résultat de l'habitude. Acquerrez cette habitude et elle vous amènera à toujours plus de prière et de bonnes oeuvres.

Consolez les affligés...

Nicolaï Bogdanov, années 1880

25 mai 2010

Prière pour aller au Paradis (Marie Laforêt)

Le beau temps me remet l'âme au tempo de la poésie que j'affectionne tant. La chanson française "de variétés" n'a pas produit que des titres mièvres, inutiles, sales ou futiles, elle a aussi quelques perles. En voici une que la météo me rappelle :



Voir aussi ce beau diaporama avec cette chanson

Prière pour aller au Paradis (Marie Laforêt)
de Maïtèna Marie Brigitte Doumenach, dite "Marie Laforêt"



Il est un jardin
Enfoui au creux de ma mémoire
Un jardin bleu dans le matin
Où ont poussé des iris noirs
Un jardin dont j'ai tant rêvé
Oh qu'un jour je puisse y entrer
Me reposer à tout jamais
Près de la tombe abandonnée
De Laura.

Je saurai le seuil
Au bruit de la grille rouillée
L'endroit du puits sous les tilleuls
On y buvait des jours d'été,
En écartant les giroflées,
Les mousses sombres et glacées,
Les scolopendres effrayées,
Près de la tombe abandonnée
De Laura.

Oh je voudrais tant mourir en ce jardin
A l'ombre calme des grands pins
Que s'ouvrent enfin les roses
Closes
Depuis si longtemps.

Il est un jardin
Enfoui au fond de ma mémoire
Un jardin bleu quand vient le soir
Où ont poussé deux lauriers thyms
Un jardin où j'ai tant pleuré
Oh qu'un jour je puisse y entrer
Me reposer à tout jamais
Près de la tombe parfumée
De Clara

Nous aurons des rires
Comme des vols de passereaux
De grands rires clairs de jeunes filles
Des rires frais comme des ruisseaux
Comme des rires de gens heureux
Nous réinventerons le temps
Des jours où l'on avait le temps
De parler de jardins en fleurs
Et des choses du coeur.

Oh je voudrais tant revivre en ce jardin
A l'ombre calme des grands pins
Que s'ouvrent enfin les roses
Closes
Depuis si longtemps



source paroles

Et si le Seigneur ne voulait pour finir pas que je me remarie, à défaut d'achever mon parcours terrestre sous la dent des requins des mers du Sud, j'aimerais au moins qu'une fois mes enfants devenues grandes, Il m'accorde de finir mes jours dans ce paradis (de la lutte spirituelle) qu'est le Mont Athos...


MOUNT ATHOS: RENEWAL IN PARADISE


17 mai 2010

13 mai 2010

Le Vainqueur revient... (Ascension - Dynamis)

Вознесение Господне - l'Ascension du Seigneur


http://groups.yahoo.com/group/orthodoxdynamis/message/4074

Isaïe 62,10-63,3; 63,7-9 – seconde lecture pour les Vêpres de l'Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ

Passez, passez par les portes, préparez le chemin pour Mon peuple, nivelez, nivelez la route, ôtez-en les pierres. Élevez un signal pour les peuples. Voici que le Seigneur Se fait entendre jusqu’à l’extrémité de la terre: Dites à la fille de Sion: Voici que vient ton Salut, voici avec Lui Sa récompense, et devant Lui son Salaire. On les appellera: "Le peuple saint", "Les rachetés du Seigneur." Quant à toi on t’appellera: "Recherchée", "Ville non délaissée." Quel est donc Celui-ci Qui vient d’Édom, de Boçra en habits éclatants, magnifiquement drapé dans son manteau, s’avançant dans la plénitude de Sa force? "C’est Moi Qui parle avec justice, Qui suis puissant pour sauver." -Pourquoi ce rouge à Ton manteau, pourquoi es-Tu vêtu comme Celui qui foule au pressoir? -A la cuve J’ai foulé solitaire, et des gens de Mon peuple, pas un n’était avec Moi. Alors Je les ai foulés dans Ma colère, Je les ai piétinés dans Ma fureur, leur sang a giclé sur Mes habits, et J’ai taché tous Mes vêtements […] Je vais célébrer les grâces du Seigneur, les louanges du Seigneur, pour tout ce que le Seigneur a accompli pour nous, pour Sa grande bonté envers la maison d’Israël, pour tout ce qu’Il a accompli dans Sa miséricorde, pour l’abondance de Ses grâces. Car Il dit: "Certes, c’est Mon peuple, des fils qui ne vont pas Me tromper"; et Il fut pour eux un Sauveur. Dans toutes leurs angoisses, ce n’est pas un messager ou un ange, c’est Sa face qui les a sauvés. Dans Son amour et Sa pitié, c’est Lui Qui les a rachetés, Il S’est chargé d’eux et les a portés, tous les jours du passé.



Le Vainqueur revient : Isaïe 62,10-63,3; 63,7-9, en particulier 63,3 & 7 : "A la cuve J’ai foulé solitaire, et des gens de Mon peuple, pas un n’était avec Moi. Alors Je les ai foulés dans Ma colère, Je les ai piétinés dans Ma fureur, leur sang a giclé sur Mes habits, et J’ai taché tous Mes vêtements. […] Je vais célébrer les grâces du Seigneur, les louanges du Seigneur, pour tout ce que le Seigneur a accompli pour nous, pour Sa grande bonté envers la maison d’Israël, pour tout ce qu’Il a accompli dans Sa miséricorde, pour l’abondance de Ses grâces."

Les armées célestes furent pleine d'étonnement lorsque le Fils de Dieu descendit de Son trône céleste et vint ici sous l'apparence d'un homme (Phil. 2,7). Quelle merveille de Dieu!

Saint Jean Damascène présentait de la manière suivante la perplexité de l'Archange Gabriel face à l'Incarnation : "Comment donc Celui Qui est au plus haut des Cieux, Qui est incompréhensible, peut-Il naître d'une Vierge? Celui dont le trône est le Ciel, et la terre le marche-pied, comment pourrait-Il être contenu dans le sein d'une femme? Comment a-t'Il pu accepter d'être incarné d'elle uniquement pour une parole de sa part, Lui que les anges aux 6 ailes et nombreux yeux ne sauraient contempler?"

Et par la suite, lorsque le Seigneur fit Son triomphal retour dans les Cieux, une autre merveille se réalisa devant les Anges : le Christ amena éternellement la nature humaine auprès du Père – unissant à jamais la créature, l'homme, à la Divinité. Le Seigneur revint au Ciel comme homme puissant, faible en apparence, bien qu'Il n'avait jamais été séparé de Son trône. Nous avons aussi ici une image de Son vêtement tâché du sang qui a coulé lorsqu'Il passa par le pressoir de Sa Passion. C'est celui-là qu'Il apporta au Ciel comme signe de Sa victoire sur nos grands ennemis à la Croix, car là, Il a écrasé le péché, Satan et par la mort Il a vaincu la mort.

Isaïe a rassemblé pour nous toutes ces images, comme nous les voyons dans cette brève lecture vespérale pour la Fête de l'Ascension. Il déploie un portrait du "Guerrier Sauveur" revenant en une triomphale procession, et reprenant Sa place légitime sur Son trône céleste. L'image que présente le prophète par ses paroles comporte aussi un commandement du Seigneur pour Son Église : "préparez le chemin pour Mon peuple.." (v. 62,10). La péricope comporte aussi cette autre réponse au questionnement des anges (v.3), et elle conclu par une réflexion prophétique à propos de l'Ascension elle-même (v. 7-9).

La prophétie révèle d'abord que la totalité du ministère terrestre du Seigneur, faisant suite à Son Incarnation de la Vierge, était pour l'Église, ".. la fille de Sion" (v. 11), que le Seigneur appelle "Mon peuple" (vs. 10,8). Il ne permettra pas que subsiste le moindre obstacle dans notre chemin vers le Ciel : "ôtez-en les pierres. Élevez un signal pour les peuples" (v. 10). Ce qu'Il a accompli n'était pas seulement pour le bien du peuple de l'ancien Israël, mais est à présent une norme pour Lui rallier tous les peuples de la terre (v. 10), et c'est pour cela qu'Il a donné mission aux Apôtres de faire ".. de toutes les nations de la terre des disciples," les envoyant ainsi à travers le monde (Mt 28,19). Remarquez que l'Église est appelée "..le peuple saint", "Les rachetés du Seigneur." Quant à toi on t’appellera: "Recherchée", "Ville non délaissée" (Is. 62,12).

Dans cette prophétie, le Seigneur Jésus Lui-même répond au questionnement des Anges. Puisque nul homme n'aurait su racheter l'humanité (vs. 3,5), parlant de Satan et de ses serviteurs, Il dit : ".. Je les ai foulés dans Ma colère, Je les ai piétinés dans Ma fureur, leur sang a giclé sur Mes habits, et J’ai taché tous Mes vêtements" (v. 3).

Isaïe nous partage sa crainte et son émerveillement face à ce que Dieu révèle : "Je vais célébrer les grâces du Seigneur, les louanges du Seigneur, pour tout ce que le Seigneur a accompli pour nous" (v. 7). Et les fidèles accueillent leur Sauveur, car à présent ils savent que le Christ Lui-même est le Salut (v. 8). Aucun ange, aucun prophète ne nous a sauvés, mais le Seigneur Lui-même, car Il nous aime et nous épargne (v. 9). "C’est Lui Qui les a rachetés, Il S’est chargé d’eux et les a portés, tous les jours du passé" (v. 9). Gloire à Toi, O Christ!

O Toi Qui remplit tout, et Qui est venu parmi nous par Ta propre volonté, et a souffert dans la chair, et S'est relevé d'entre les morts, et a vaincu la mort par la mort, montant au Ciel en gloire, envoie-nous Ton Esprit.


06 mai 2010

Juger son prochain (saint Tikhon de Zadonsk)

http://www.facebook.com/pages/St-Tikhon-of-Zadonsk
Ne jugez pas autrui, car vous ne savez pas ce qui se passe dans le fors intérieur de votre prochain. Ne le condamnez pas, car il pourrait bien se relever alors que vous seriez occupé à chuter. Prenez garde à ne pas même parler à propos de votre prochain, à moins que vous ne vous vouliez vous risquer à le juger. S'informer à propos des péchés d'autrui est une curiosité détestée tant de Dieu que des hommes.. Par dessus tout, lorsqu'on juge son prochain, on ne sait pas si par chance il ne se serait pas déjà repenti et n'aurait pas déjà été pardonné par Dieu.
+ Tikhon, évêque de Zadonsk

vie de saint Tikhon, petite vidéo en anglais

source

01 mai 2010

Prières de la table : Daigne, Seigneur, bénir Toi-même notre repas

avant le repas :
Les yeux de tous se lèvent avec espoir vers Toi, Seigneur,
Et Tu leur donnes la nourriture en temps voulu.
Tu ouvres Ta main généreuse,
Et Tu combles toute être vivant de Ta bienveillance.

Notre Père, Qui es aux Cieux, que Ton Nom soit sanctifié,
Que Ton Règne vienne,
Que Ta volonté soit faite, sur la terre comme au Ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain substantiel,
Remets-nous nos dettes comme nous aussi les remettons à nos débitteurs.
Et ne nous laisse pas entrer dans l'épreuve,
Mais délivre-nous du Malin.
Amen.

tableau dans la salle à manger d'une famille d'amis Grecs de Charleroi


Après le repas:
Nous Te rendons grâces Ô Christ notre Dieu, de nous avoir rassasiés de Tes biens terrestres;
Accorde-nous aussi Ton Royaume céleste.
De même que Tu es apparu, Sauveur, au milieu de Tes disciples pour leur donner la paix,
Viens parmi nous et sauve-nous.

28 avril 2010

La raison et le coeur (saint Nectaire d'Égine)


http://www.facebook.com/pages/St-Nectarios-of-Aegina/


L'homme n'est pas seulement raison, mais aussi coeur. Les puissances de ces 2 centres de l'être, qui s'assistent mutuellement, rendent l'homme parfait et lui enseignent qu'il ne devrait jamais apprendre uniquement à travers la raison. Si la raison enseigne à propos du monde naturel, le coeur nous enseigne à propos du monde supra-naturel. L'homme est parfait lorsqu'il a développé à la fois son coeur et son intellect.
+ Saint Nectaire d'Égine, né Anastasios Kefalas (1846-1920)


monastère Agios Nektarios, sur l'île d'Égine



source