"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

31 décembre 2016

Hiéromartyr Nestor (Savchuk), défenseur des saintes icônes, maître de karaté

Vous cherchez un saint patron pour les arts martiaux? Voici un hiéromartyr en Russie, saint Nestor Savchuk, massacré sous les Bolchéviks en 1993. Il était maître en arts martiaux, ce prêtre-moine, dont le taï-chi et le karaté!


Hiéromartyr Nestor (Savchuk), défenseur des saintes icônes
Nestor Savchuk naquit en Crimée, dans le sud de la Russie, en 1960. Jeune homme, il excellait en boxe, lutte, arts martiaux et peinture.
Vers 20 ans, il commença à travailler comme apprenti pour les fresques religieuses à Odessa. C'est là que de vieux iconographes lui parlèrent de récits de saints Russes. Inspirés par ces saints, il en acquit de l'amour pour Dieu, et Nestor partit ainsi vers le monastère de Pochaev (13ème s.) pour y devenir moine. Son amour y grandit naturellement et s'exprima par sa dévotion et sa prière devant les saintes icônes, qui seraient un jour la source de son martyre.
Après son ordination, son père spirituel lui conseilla de partir vers le village isolé de Zharky. Là il trouva une église qui avait beaucoup de vieilles icônes, qui le remplit d'un sentiment mystique d'y être invité. Il y rencontra aussi beaucoup d'obstacles et de difficultés. L'église fut victime d'un incendie, et devint la cible de vols d'icône de la part de la maffia russe.
Nestor restait debout la nuit pour monter la garde dans l'église. Il fut touché d'un désir pour demander la grâce du martyre. Il pria de longues heures. Un ami le mit en garde contre cette prière, et lui recommanda de plutôt demander de souffrir longtemps pour tout ça. Nestor répondit "oui, je comprends, mais peut-être que si je prie pour le martyre, peut-être que je serai capable alors de prier pour ça aussi."
Le 31 décembre 1993, Nestor fut retrouvé assassiné, à l'extérieur de sa maison à Zharky
Saint néo-martyr Nestor, prie pour nous!

Adapté d'une brève notice biographique dans
"Youth of the Apocalypse", par le moine John Marler et Andrew Wermuth


voir aussi :
https://orthodoxwiki.org/Nestor_%28Savchuk%29
http://www.johnsanidopoulos.com/2010/12/priest-monk-nestor-new-martyr-of-zharky.html





30 décembre 2016

La prière du coeur ou des lèvres (saint Nicolas)

Pourquoi dit-Il "il pria en lui-même"? Pourquoi pas à haute voix? Parce que Dieu écoute plus attentivement ce qui sort du coeur que ce que disent les lèvres. Ce que l'homme pense et ressens lorsqu'il prie Dieu est plus important pour Dieu que les paroles que prononce sa langue. Car la langue est capable de tromperie, mais le coeur ne trompe pas : il montre l'homme tel qu'il est vraiment : noir ou blanc.
Saint Nicolas Velimirovich, Homélie pour le Dimanche du pharisien et du publicain : "L'Évangile sur la vraie et fausse prière"





Why does it say: he prayed with himself? Why not aloud? Because God listens more carefully to what his heart says than his lips. What a man thinks and feels as he prays to God is more important to God than the words his tongue forms. The tongue is capable of delusion, but the heart does not delude: it shows a man as he is – black or white.

+ St. Nikolai Velimirovich, Sunday of the Pharisee and the Publican: “The Gospel on True and False Prayer,” Homilies: Commentary on the Gospel Readings for Great Feasts and Sundays Throughout the Year, Volume I

29 décembre 2016

plaire à ce monde? (saint Jean)

O homme, pourquoi donc dépenses-tu tant d'énergie à chercher à plaire à ceux à qui tu ne voudrais jamais ressembler?
Saint Jean Chrysostome

28 décembre 2016

Renoncer à son "moi" (saint Innocent)

Renoncer à son "moi", c'est renoncer à ses mauvaises habitudes; à déraciner de son coeur ce qui nous relie au monde; à ne pas chérir les mauvaises pensées ou mauvais désirs; à éliminer toute pensée méchante, à ne rien désirer faire par amour-propre, mais à tout faire pour l'amour de Dieu.
saint Innocent d'Alaska

27 décembre 2016

Combattre le mal (p. Porphyrios)

You don’t become holy by fighting evil. Let evil be. Look towards Christ  and that will save you. What makes a person saintly is love.
Saint Porphyrios of Athos

26 décembre 2016

Salve Regina & Alma Redemptoris Mater : notre héritage Orthodoxe d'Occident!


https://www.youtube.com/watch?v=zQVDkksMMxo

Salve, Regina, mater misericordiae, vita, dulcedo et spes nostra, salve. Ad te clamamus, exules filii Hevae. Ad te suspiramus gementes et flentes in hac lacrimarum valle. Eia ergo, advocata nostra, illos tuos misericordes oculos ad nos converte. Et Jesum, benedictum fructum ventris tui, nobis post hoc exsilium ostende. O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria.

En cette Synaxe de la Theotokos (en NC), voici une touchante et juvénile interprétation du "Salve Regina", partition chantée par les Scouts d'Europe (Domnus, benedicite!). Ils suivent la partition originale du "Salve Regina" original.

Il y a dispute technique sur l'auteur. Certains disent que c'est l'évêque Pedro de Mezonzo (+ 1003) d'Ira Flavia, en Galicie (Léon, Hispanie / actuelle Espagne), région bien connue où ont été inventés par la suite des reliques d'un saint Apôtre et un "pèlerinage de Compostela" inconnus des auteurs orthodoxes locaux jusqu'au 8ème siècle (saints Isidore de Sévile, Ildefonse de Tolède, etc). En prime, le dit Pedro aurait été confirmé par le pontife de Rome comme évêque en 985. A cette époque, saint Gérard de Brogne (cfr synaxarion orthodoxe) rappelle qu'y régnaient des gens douteux, de plus ils y étaient déjà en schisme. Et le premier à affirmer cette paternité-là sur l'hymne, c'est un pape du Vatican, Benoît XIV.

L'autre candidat, c'est le moine hymnographe Hermannus Contractus, qui a passé toute sa vie dans l'abbaye de Reichenau (Germanie, + 24.9.1054). Hermannus avait déjà composé l'Alma Redemptoris Mater, voir plus bas.

Selon certains auteurs, il aurait composé ses hymnes en se basant sur les écrits de saint Fulgence de Ruspe, saint Epiphane de Salamine et saint Irénée de Lyon. On peut difficilement trouver mieux.

Et il est l'auteur d'un traité de musicologie. Bref il me semble qu'objectivement, Hermannus serait un meilleur "candidat" pour la composition qu'un évêque. D'autant qu'on attribue régulièrement à ces derniers les belles oeuvres d'obscurs sous-fifres mais talentueux méconnus ;-)

L'affirmation lue par endroits que Bernard de Clairvaux aurait rajouté le "O clemens.." ne tient pas la route : enlevez cette partie et chantez cet antiphonaire ainsi amputé : ça termine dans le vide, musicalement parlant. Il peut l'avoir par la suite "remixée" dans une de ses partitions, ce qui est son droit, mais il ne l'a pas inventée.

Peu importe l'auteur: le plus tardif des antiques manuscrits avec le texte original serait de 1053. Et le contenu du texte est chrétien orthodoxe. C'est notre héritage, à nous les Occidentaux en exil permanent jusqu'à l'entrée dans la Jérusalem Céleste.



Alma Redemptóris Mater,
quae pérvia caéli pórta mánes,
et stélla máris,
succúrre cadénti
súrgere qui cúrat pópulo:
Tu quae genuísti, natúra miránte,
túum sánctum Genitórem:
Virgo prius ac postérius,
Gabriélis ab óre
súmens íllud Ave,
peccatórum miserére


Aimante Mère du Rédempteur
qui demeures la porte toujours ouverte du Ciel
Toi l'Étoile de la Mer,
viens à l'aide
du peuple qui cherche à se relever.
Toi qui as engendré, étonnant la nature,
ton saint Engendreur.
Vierge avant et après.
De la bouche de Gabriel
recevant ce "Salut",
aie pitié des pécheurs
.


25 décembre 2016

Sermon de la Nativité (saint Isaac le Syrien)

Cette nuit de Noël a apporté la paix au monde entier,
dès lors que personne ne soit menacé;

Ceci est la nuit du Plus Doux d'entre tous -
Que nul ne se montre cruel;

Ceci est la nuit de l'Humble par excellence -
Que nul ne se montre orgueilleux.

Voici qu'est là le jour de la joie -
Que nul ne cherche de revance;

Voici le jour de la Bonne Volonté è
Ne soyons pas mesquins.

En ce jour de paix è
Ne nous laissons pas vaincre par la colère.

Aujourd'hui, le Miséricordieux S'est appauvri pour nous;
Alors, toi le riche, invite le pauvre à ta table.

Aujourd'hui, nous avons reçu le Don que nous n'avions pas demandé;
Dès lors donnons l'aumône à ceux qui nous implorent et nous supplient.

Ce jour-ci garde ouvertes les célestes portes pour nos prières;
Ouvrons alors notre porte à ceux qui nous demandent pardon.

Aujourd'hui l'ÊTRE DIVIN prit sur Lui-même le sceau de notre humanité,
Afin que l'humanité soit ornée du Sceau de la DIVINITÉ.





A Nativity Sermon
by St. Isaac the Syrian

This Christmas night bestowed peace on the whole world;
So let no one threaten;

This is the night of the Most Gentle One -
Let no one be cruel;

This is the night of the Humble One -
Let no one be proud.

Now is the day of joy -
Let us not revenge;

Now is the day of Good Will -
Let us not be mean.

In this Day of Peace -
Let us not be conquered by anger.

Today the Bountiful impoverished Himself for our sake;
So, rich one, invite the poor to your table.

Today we receive a Gift for which we did not ask;
So let us give alms to those who implore and beg us.

This present Day cast open the heavenly doors to our prayers;
Let us open our door to those who ask our forgiveness.

Today the DIVINE BEING took upon Himself the seal of our humanity,
In order for humanity to be decorated by the Seal of DIVINITY.